Français

Ce mois j’ai dégusté pour vous…

Père Labat – Rhum Bio, Recolte 2021, 52% ABV

De retour il y a quelques jours de Marie Galante, où j’ai pu assister au démarrage du légendaire Rhum Rhum chez Père Labat, j’en ai profité pour vous apporter quelques nouvelles de cette distillerie, petite parmi les petites du Caraïbes, et certainement la plus ancienne parmi celles de la Grande Galette, pour vous laisser respirer à nouveau la brise tropicale, dans les longues journées de cet été indien, où le travail et les engagements reprennent pour chacun.

Le domaine qui abrite la distillerie fut acquis au XVIIIe siècle par Catherine Poisson, qui inaugura en 1863 la production de sucre, ce qui prospéra jusqu’à la fin du XIXe siècle : alors, les conjonctures historique et industrielle, firent en sorte que la production de sucre était concentrée, pour l’île, dans l’usine de Grande Anse. Monsieur Rameaux rachète le domaine au début des années 1900, pour en faire une rhumerie, se dotant d’un alambic discontinu, encore conservé bien que ne fonctionnant pas, et, plus tard, d’une première colonne créole en cuivre (il y en a aujourd’hui deux) : le nom de la distillerie sera Père Labat, en l’honneur du révérend qui, bien qu’il n’ait jamais mis les pieds sur Marie Galante, répandit les techniques de distillation du jus de canne à sucre frais aux Antilles françaises. Depuis 2007, la distillerie est entrée dans une nouvelle phase de sa vie, suite au rachat par Monsieur Jean-Cédric Brot, et, à partir de cette année, pour la petite de Marie Galante s’est imposée une marche beaucoup plus rapide et en phase avec le marché, en produisant le rhum dont je vais vous parler ici, et un nouveau parcellaire prestigieux, que je ne manquerai pas de revoir pour vous prochainement.

Ce Rhum Bio, deuxième à être lancé sur le marché parmi les Rhumeries de Gwada (le maillot jaune appartient à Bologne, dont je vous parlais récemment), commence à être “conçu” il y a trois ans, avec la sélection de quelques parcelles vierges du territoire, bien exposées aux vents et au soleil de Marie Galante, sur lesquelles commence à être plantée de la canne à sucre de qualité, sélectionnée pour son haut rendement en sucre. La canne, une fois arrivée à maturité, est récoltée à la main et immédiatement pressée, pour obtenir la qualité maximale de jus frais et le degré brix optimal pour démarrer une fermentation d’environ 5 jours, en cuve ouverte, opérée avec des levures œnologiques, pour garantir la finesse dans l’extraction des arômes, et un grand respect du terroir. La distillation a lieu dans les petites créoles en cuivre: le rhum sort à 71,2% ABV et est lentement réduit à l’eau de source jusqu’au degré de mise en bouteille, 52% ABV.

Dans le verre le rhum est clair, avec une couleur cristalline qui frange contre le soleil en mille points de lumière: le poids sur le poignet est considérable, et en tourbillonnant dans le verre, il s’accroche bien aux parois, d’abord en gouttes, puis en larmes épaisses qui descendent vers le centre avec la lenteur due.

Du bord du verre, même pas de très près, vient une belle attaque florale (jasmin) et végétale, qui évolue progressivement de la fraîcheur de la canne à sucre et de la menthe poivrée, à la signature sombre et absolue des blancs Père Labat: anis étoile, poivre et une pointe de réglisse.

En bouche, il est agréablement rond: la partie balsamique noire s’enrichit de saveur et devient sa veine profonde, tandis que la contrepartie, en milieu de bouche, est toute de fruits locaux, mangue mûre et goyave, tout d’abord. La longueur est savamment jouée sur ces belles tonalités, enfants d’un terroir que, comme vous le savez désormais, j’aime particulièrement.

La dilution présentée à 52% ABV renforce cette sphéricité fascinante et inédite, moins présente dans une version titrant 60% ABV que j’ai eu la chance de goûter grâce à Michèle Lunardon et Monsieur Brot.

Verre vide merveilleux, tout marie-galantais : encore des fruits tropicaux, et une pointe d’anis et de sel marin pour clôturer avec la signature de distillerie.

Cette pépite en édition limitée arrivera bientôt en Italie dès son débarquement en France, sur les comptoirs du Rhum Live Nantes: pour l’instant, je ne peux que vous dire que le prix à la distillerie est de 40€, vraiment bien mérités.

Santé tout moun!

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close